Go to main content

Fatime, 11 ans : « Je n’étais jamais allée à l’école »

partager

Insertion | Tchad | PUBLIÉ LE 7 juin 2022
L’aire d’activités créée par HI à l’école primaire de Ngourtou Koumboua, où les enfants peuvent dessiner et jouer. Province du Lac, Tchad.

L’aire d’activités créée par HI à l’école primaire de Ngourtou Koumboua, où les enfants peuvent dessiner et jouer. Province du Lac, Tchad. | © HI

Dans la province du Lac, au Tchad, l’insécurité empêche des milliers d’enfants d’aller à l’école. HI œuvre pour améliorer leur accès à l’éducation et leur protection.

Fatime peut désormais aller à l’école

© HI. Fatime Zara. 11 ans.« Je m’appelle Fatime Zara. J’ai 11 ans. Je viens de Yiroubou, la sous-préfecture de Bol. Je vis avec mes parents. Avant de venir à Ngourtou Koumboua, je n’étais jamais allée à l’école. 

Je suis tellement contente de voir une école primaire à Ngourtou Koumboua pour la première fois. Il y a seulement un an, nous n’espérions pas voir l’ouverture d’une école. Mais aujourd’hui, grâce au soutien de HI, nous avons des salles de classe, des kits pédagogiques, des manuels scolaires, des enseignants, des toilettes, une cantine et une aire de jeu adaptée.

À l'école, j’apprends plein de choses. Cela me rend plus intelligente. Ma matière préférée est la lecture. Je joue aussi dans l’aire de jeux adaptée aux enfants et je participe aux activités comme le challenge de nettoyage des latrines organisé par le club d’hygiène.

J’espère pouvoir terminer ma scolarité. Je ne veux pas me marier avant d’en avoir l’âge, et je veux choisir mon mari. Je suis motivée par l’école et j’apprends le français parce que cela me permettra de trouver un travail. Mon rêve, c’est de travailler dans l’humanitaire, car aider les personnes vulnérables est très important pour moi. »

Pour Mai, un espace de sécurité au milieu du conflit

© HI. Mai Djibrillah dans une salle de classe.« Je m’appelle Mai Djibrillah. J’ai 14 ans et je viens de Yiroubou, dans les îles de Bol. Je suis en classe de CP2 et je vis avec mon oncle. 

Je suis arrivé ici il y a 2 ans à la suite d’une violente attaque dans mon village de Melea où mon grand frère a trouvé la mort, et qui nous a poussés à fuir pour venir ici. Avant d’arriver à Ngourtou Koumboua, j’allais à l’école de Melea. Venir ici m’a séparé de mon école et de mes amis.

J’aime aller à l’école ici, car j’ai sympathisé avec les autres enfants qui viennent de différents endroits, et nos professeurs nous enseignent comment vivre ensemble dans la paix.

J’aime aussi participer aux journées de nettoyage que nos professeurs organisent chaque samedi. Mes matières préférées sont la lecture et le chant. Quand je serai plus grand, je veux devenir enseignant à mon tour. » 

HI soutient l’éducation inclusive

Dans la province du Lac, au Tchad, un conflit armé récurrent sévit depuis 2010. Il a déjà fait 400 000 personnes déplacées internes et empêché près de 25 000 enfants d’aller à l’école. En raison de l’instabilité de la situation, cette région ne dispose pas d’enseignants, d’écoles et de supports pédagogiques en nombre suffisant. L’objectif de HI est de contribuer à la protection physique, psychosociale et intellectuelle des enfants impactés par la crise en améliorant l’accès et la qualité de l’éducation. L’organisation a contribué à la construction de salles de classe, d’aires de jeux pour les enfants et d’installations sanitaires, y compris de toilettes accessibles.

HI a recruté, financé et formé des enseignants pour l’école, et a notamment organisé des formations sur l’éducation inclusive, le soutien psychosocial et la protection des élèves. L’organisation a également distribué des fournitures comme des sacs à dos, des manuels scolaires et des crayons aux élèves, et fourni un soutien financier pour les autres équipements nécessaires. Présent dans 12 zones, le projet bénéficie à 12 000 enfants, y compris 6 000 filles et 2 400 enfants vulnérables ou en situation de handicap.

Plus d'actualités