Go to main content

Fatoumata veut continuer l'école à tout prix

partager

Insertion | Burkina Faso | PUBLIÉ LE 23 janvier 2024
Fatoumata et son grand-père devant leur abri à Windou, au Burkina Faso.

Fatoumata et son grand-père devant leur abri à Windou, au Burkina Faso. | © D. Yamba / HI

Fatoumata est handicapée et vit dans un camp de réfugiés. Elle veut continuer l'école malgré les nombreux obstacles.

À l'occasion de la Journée internationale de l'éducation, le 24 janvier, HI fait état des difficultés rencontrées par les enfants handicapés pour accéder à l'éducation dans les zones déchirées par une crise.

Fatoumata est une jeune fille de 15 ans paralysée du pied gauche. Originaire du village de Goudebo, dans le Nord du Burkina Faso, elle et sa famille ont fui leur village à la suite d'attaques de groupes armés. Ils vivent aujourd'hui dans un camp de déplacés à Dori. Cela a un impact majeur sur l'éducation de la jeune fille.

Toutes les difficultés et tous les dangers

À Goudebo, Fatoumata a été inscrite à l'école du village à la suite d'une campagne d'inscription scolaire. Elle est maintenant scolarisée à l'école élémentaire de Windou. Mais la jeune fille fait face à de nombreux dangers.

Elle est exposée aux risques d’abus sexuels et de harcèlement, ce qui est malheureusement courant dans les situations de déplacement massif de population.

Elle risque également d’être mariée de force, une pratique fréquente dans les familles pauvres dans cette région.
Fatoumata a peur sur le chemin entre le camp et l'école. Elle craint de rencontrer des étrangers ou d'avoir un accident avec son vélo (offert par HI pour se déplacer).

Elle a d’ailleurs du mal à se déplacer car dans le camp de déplacées, certaines rampes d'accès aux dortoirs sont endommagées.

Et elle a beaucoup plus de mal à marcher maintenant depuis qu’elle a laissé sa chaussure orthopédique dans son village quand il a fallu fuir en urgence.

Les besoins humanitaires ont explosé au Burkina Faso ces dernières années, 25 % de la population ayant besoin d'aide. De nombreuses personnes sont déplacées à l'intérieur du pays en raison de violences sporadiques. Le nombre de personnes en situation de grave insécurité alimentaire a fortement augmenté. Enfin, un million d'enfants sont privés d'école.1

L'espoir de la famille

Fatoumata a bénéficié d'une aide alimentaire et d'un soutien sanitaire de la part de HI. Elle a également reçu des fournitures scolaires (cahiers, crayons, kit de mathématiques, lampe solaire), une post-radio et un vélo adapté à son handicap.

Cela l’aide grandement à se déplacer et à aller à l'école, lui permettant ainsi de poursuivre ses études.

La famille de Fatoumata l'encourage à bien travailler à l’école. L'adolescente est une élève très sérieuse, qui passe en classe de CE2 avec une excellente moyenne. Sur 17 élèves, Fatoumata s'est classée 7ème. Elle fait partie des meilleurs élèves !

Fatoumata rêve de devenir enseignante et aspire à être appelée "Mademoiselle" par ses élèves.

HI a publié le rapport intitulé "Always Included : Une éducation ininterrompue pour les enfants handicapés avant, pendant et après une crise". Cet article est tire de ce rapport. Le rapport décrit comment l'éducation des enfants est interrompue par les crises en se basant sur des études de cas au Burkina Faso, en Palestine et à Madagascar. Dans le monde, 72 millions d'enfants ne sont pas scolarisés en raison de situations d'urgence et de crises prolongées, 17 % d'entre eux étant des enfants handicapés. En Afrique occidentale et centrale, plus de 13 250 écoles ont fermé leurs portes, dont 6 150 au Burkina Faso. À Madagascar, les inondations et les cyclones ont des effets dévastateurs sur la continuité de l'éducation, détruisant le matériel pédagogique et les infrastructures.

1. https://www.nrc.no/perspectives/2023/nine-things-you-should-know-about-the-humanitarian-crisis-in-burkina-faso/

Plus d'actualités